Envoyer un courriel à l'auteur
Elisabeth Mézino

Les marchés immobiliers dynamiques de la Grande Région de Montréal : statistiques 2021

L’année 2021 a été marquée par une activité immobilière intense et les marchés immobiliers de la Grande Région de Montréal n’ont pas échappé à cette ébullition. Malgré un ralentissement à compter du mois de novembre, laissant présager un retour vers un niveau prépandémique,  le bilan reste positif. Grâce aux statistiques du site Centris, nous vous apportons un aperçu des secteurs les plus actifs et attractifs au cours de l’année dernière.

Les marchés immobiliers sur l’île de Montréal

En 2021, on a noté un retour de la demande immobilière à l’intérieur de l’île de Montréal avec une progression des ventes et une augmentation du prix médian, tous types de logements confondus. Voici une présentation des arrondissements qui ont connu les plus fortes croissances :

Salle à manger et salon

L’arrondissement du Sud-Ouest

Il s’agit du secteur de l’île ayant enregistré la plus forte croissance immobilière (+ 47% de ventes). L’embourgeoisement des quartiers du Canal attire aussi bien les familles que les jeunes actifs qui apprécient sa proximité avec le centre-ville. Le coût du logement est plus ou moins abordable selon le quartier. On trouve dans cet arrondissement une grande mixité sociale. Peu de maisons unifamiliales et de plex y étaient proposés, et leur prix était relativement élevé. Pour ce qui est des condos, qui ont représenté presque la totalité des ventes, le prix médian s’élevait au terme de l’année à 426 000 $.

L’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension

Cet arrondissement résidentiel, situé entre Ahuntsic et Rosemont, propose une offre immobilière globalement plus abordable que ses deux quartiers voisins. Voici les prix médians relevés en fin 2021 : 587 447 $ pour une maison unifamiliale, 395 000 $ pour un condo et 690 000 $ pour un plex.

En pleine expansion, sa vie de quartier plait énormément aux familles. À l’instar de l’arrondissement du Sud-Ouest, les ventes immobilières ont connu une forte progression au cours de la dernière année (+ 39%).

L’arrondissement de LaSalle

Secteurs urbains, zones résidentielles et coins de verdure se marient parfaitement dans cet arrondissement de l’île de Montréal. Entre plex (prix médian : 710 000$), condo (prix médian : 390 000 $) et maisons unifamiliales (prix médian : 600 500 $), l’offre immobilière y est variée. De plus, des initiatives novatrices comme le quartier Angrignon et les Highlands LaSalle ont contribué à son développement dans cette dernière décennie. Avec 800 ventes réalisées en 2021, c’est une progression de + 36 % qui a donc été relevée dans ce quartier.

Pont Jacques-Cartier

L’arrondissement de Ville-Marie

Vivre à Ville-Marie, c’est vivre en plein centre-ville. Malgré le contexte sanitaire et l’évolution du télétravail, le dynamisme de ce secteur continue de séduire. C’est le quartier dans lequel le plus grand nombre de transactions a été enregistré (2 155 ventes). Sans surprise, il s’agit essentiellement de copropriétés, avec un prix médian de 448 000 $.

L’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie

Rosemont-La Petite-Patrie est un grand quartier qui s’étend de la Petite-Italie vers l’est de Montréal. Très varié, il contient de grands secteurs résidentiels entourant des axes commerciaux dynamiques. Il est très apprécié des familles pour son calme et son cadre de vie sécuritaire. Ce secteur était encore très demandé l’année passée et le nombre de ventes y a progressé de 30%. Il s’agit essentiellement de copropriétés (prix médian : 445 000 $) et de plex (800 000 $).

L’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Mercier-Hochelaga-Maisonneuve est un arrondissement en plein développement. Ancien quartier industriel réhabilité, qui séduit notamment pour sa proximité avec le centre-ville. Malgré une hausse des prix non négligeable au cours de l’année 2021, ce secteur reste abordable et offre des occasions très intéressantes aux investisseurs immobiliers. Tout comme à Rosemont, les ventes y ont augmenté de 30% et ont principalement porté sur les condominiums (prix médian : 350 000 $) et les plex (prix médian : 670 000 $).

Les autres arrondissements de l’île

D’autres arrondissements, classés parmi les meilleurs quartiers de Montréal, comme Outremont ou le Plateau–Mont-Royal, ont quant à eux connu une progression des ventes plus réduite. Cela peut s’expliquer à la fois par le nombre d’inscriptions et par un prix de vente bien plus élevé (au-delà du million de dollars pour les maisons unifamiliales et les plex).

Vous pourrez obtenir des données actualisées concernant la situation du marché immobilier dans les autres secteurs de la ville grâce aux statistiques de Centris, mises à jour chaque trimestre.

Les marchés immobiliers sur les rives du Saint-Laurent

Dans le contexte de pandémie et de prédominance du télétravail, de nombreuses familles, en quête d’espace et de proximité avec la nature, ont fait le choix de quitter l’île de Montréal pour se tourner vers la Rive-Nord ou la Rive-Sud. Si les prix ont globalement augmenté dans l’ensemble de la région métropolitaine, c’est sur les rives que cette hausse a été plus significative.

Longueuil

Photo: Wikimedia Commons, abdallahh

L’immobilier au nord de Montréal

La Rive-Nord

Aussi appelée Couronne Nord, elle regroupe 20 communes des Laurentides et de la Lanaudière, réparties le long de la rivière des Mille îles.

En 2021, le nombre de transactions immobilières réalisées sur la Rive-Nord a continué à augmenter. Avec un prix médian de 400 000 $, les maisons unifamiliales conservent la faveur des acheteurs. Les plex, quant à eux, représentent à peine un dixième des transactions malgré une hausse des ventes à hauteur de 76% sur l’année (prix médian : 499 000 $). Pour les petits budgets, sachez que, l’année passée, les condominiums se sont vendus dans ce secteur au prix médian de 260 000 $.

Les municipalités de Mascouche, Blainville, Mirabel, Repentigny, Saint-Jérôme, Terrebonne continuent d’attirer les acheteurs en masse. Toutefois, depuis l’année dernière, certaines municipalités connaissent une croissance intéressante malgré des transactions moins nombreuses. C’est notamment le cas de Charlemagne, Sainte-Thérèse, Sainte-Anne-des-Plaines, Deux-Montagnes et L’Épiphanie.  

La ville de Laval

Dans les différents quartiers de Laval, c’est également les maisons unifamiliales qui ont représenté le plus grand nombre de transactions, avec un prix médian de 479 000 $.

Ces six quartiers de Laval regroupent à eux seuls près de 75% des ventes réalisées dans la municipalité au cours de l’année 2021 : Chomedey, Duvernay, Fabreville, Laval-des-Rapides, Sainte-Dorothée, Sainte-Rose. Dans chacun d’entre eux, le délai de vente a diminué malgré un prix médian plus élevé.

Pont Champlain

L’immobilier sur la Rive-Sud de Montréal

On appelle communément Rive-Sud la zone constituée des 23 villes de Montérégie comprise entre le fleuve Saint-Laurent et la rivière Richelieu.

À l’image de la Rive-Nord, ce territoire a connu une augmentation cumulée du nombre de transactions immobilières au cours des quatre trimestres 2021. Ici aussi, les acheteurs y recherchaient principalement des maisons unifamiliales, avec un prix médian de 475 000 $. Le nombre de ventes de logements en copropriétés, accessibles au prix médian de 299 950 $, a également augmenté de 16% dans ce secteur.

Voici quatre villes où l’immobilier se porte bien dans cette région depuis les 4 derniers trimestres : Brossard, Longueuil (en particulier le Vieux-Longueuil et Saint-Hubert), Châteauguay, Boucherville. Si vous envisagez de vous concentrer sur ces municipalités pour acheter votre résidence principale, sachez que c’est à Châteauguay que les maisons unifamiliales sont les plus abordables.

Dans cette région aussi, certaines municipalités ont connu une croissance considérable en 2021, comme la commune de Delson avec 116 ventes (soit +81% de cumul sur les quatre trimestres), la commune de Saint-Philippe avec 174 ventes (soit +29%) et la commune de Beauharnois avec 267 ventes (soit +27%).

Les prévisions immobilières pour 2022

Le déficit d’inscriptions et le grand nombre d’acheteurs potentiels vont très probablement maintenir l’état de surchauffe généralisée jusqu’à la prochaine hausse des taux d’intérêt. Pour en savoir plus, je vous invite à découvrir notre article Le marché immobilier au Québec : bilan et prévisions pour 2022.



Trouvez votre professionnel immobilier

Remplissez le court formulaire pour trouver le professionnel que vous cherchez

Remplissez ce court formulaire

En soumettant votre projet, vous acceptez les termes du site.


Code fr
Nombre de demandes traitées depuis 60 jours
18544
Nombre d'experts dans notre réseau
2162
Délai moyen de notre réponse
1 heure