Table des matières
Envoyer un courriel à l'auteur
Audrey Duquette
Audrey Duquette

L’engouement pour les chalets d’hiver se poursuit

#Actualités immobilières

Dernière mise à jour : 2024-04-19 14:10:59

La hausse du prix des propriétés, des intérêts et l’augmentation généralisée du coût de la vie ont refroidi de nombreux Québécois à réaliser leur projet d’achat de propriété. Malgré ces changements économiques qui ont chamboulé le secteur immobilier, le marché des propriétés de villégiature aux abords des domaines skiables a toutefois navigué à contre-courant.  

En effet, une récente étude de Royal LePage dévoile l’état de ce marché dans la province. Malgré un ralentissement de l’activité, les prix continuent d’augmenter dans la plupart des centres de villégiature et devraient persister en 2024. 

Coup d’œil sur la situation. 

Hausse du prix médian des propriétés près des stations de ski 

Les unifamiliales situées à proximité des stations de ski ont vu leur prix augmenter en 2023. Au cours des 10 premiers mois de l’année, elles ont connu une hausse de 7,8 % de leur valeur médiane par rapport à l’année précédente, afin de s’établir à 501 600 $. Les copropriétés, quant à elles, ont également vu leur prix progresser de 4,9 %, pour un coût médian de 399 300 $.

Malgré une récente accalmie dans le secteur, la rareté de ces types de propriétés soutient les prix élevés qui y sont rattachés.

Maison unifamiliale près d'une station de ski en hiver

Statistiques par région

Malgré la tendance globale à la hausse sur l’ensemble du Québec, tous les marchés de villégiature hivernaux de la province n’ont pas réagi de la même façon au contexte économique de 2023 et aux taux d’intérêt élevés.

Parmi les régions étudiées par Royal LePage, c’est le Mont Sutton (Sutton, Brome, Lac-Brome) qui a affiché l’appréciation la plus élevée, avec une hausse de 27,3 % du prix des propriétés unifamiliales détachées au cours des dix premiers mois de l’année par rapport à 2022. Le prix médian y est ainsi passé de 548 000 $ l’an dernier à 697 500 $ en 2023.

La baisse la plus notable concerne quant à elle la région de Stoneham/Lac-Beauport (Stoneham-et-Tewkesbury, Lac Delage, St-Gabriel-de-Valcartier, Lac-Beauport), qui a enregistré une baisse de 3,9 % du prix de ses maisons unifamiliales détachées par rapport à 2022, passant de 475 300 $ à 457 000 $.

Voici également les statistiques concernant les unifamiliales des autres régions analysées par l’agence de courtage immobilière :

Région Prix médian 2023 Variation annuelle

Bromont

650 000 $

+10,9 %

Massif de Charlevoix (Baie-Saint-Paul, Les Éboulements, Isle-aux-Coudres, Petite-Rivière-Saint-François, Saint-Hilarion, Saint-Urbain)

398 800 $

+21,8 %

Mont Orford (Orford, Magog)

495 000 $

+5,3 %

Mont Grand Fonds (La Malbaie, Clermont, Saint-Siméon, Saint-Aimé-des-Lacs, Notre-Dame-des-Monts, Sainte-Irénée, Baie Sainte-Catherine)

231 000 $

21,6 %

Mont Sainte-Anne (Beaupré, Sainte-Annede-Beaupré, Saint-Ferréol-les-Neiges, Saint-Joachim)

290 000 $

+1,3 %

Mont Saint-Sauveur (Saint-Sauveur, Morin-Heights, Piedmont)

600 000 $

+6,7 %

Mont-Tremblant (Mont-Tremblant, Mont-Blanc, La Conception)

539 000 $

+7,8 %

Val Saint-Côme/Mont Garceau (Saint-Côme, Saint-Donat)

431 000 $

-0,9 %

Des acheteurs plus aisés financièrement 

L’une des raisons évoquées pour expliquer pourquoi le marché des propriétés récréatives situées à proximité des pentes de ski n’est pas autant affecté par la hausse des taux que d’autres secteurs est le type d’acheteurs.

En effet, les personnes qui acquièrent ce type de propriété de villégiature sont généralement plus aisées que la moyenne. Elles disposent habituellement d’un bon niveau d’épargne et d’une stabilité financière. Ce faisant, elles ressentent moins les effets de la hausse des taux d’intérêt et peuvent se permettre de réaliser leur projet d’achat.

Quelques signes de modération

Malgré les prix à la hausse, certains indicateurs montrent toutefois un ralentissement du marché. C’est notamment le cas du nombre de ventes effectuées en 2023, qui a diminué d’une année à l’autre.

En effet, le nombre de transactions s’est replié dans les catégories de propriétés récréatives étudiées, autant en ce qui concerne les maisons unifamiliales que les copropriétés. Le recul du nombre de ventes est ainsi évalué à 8,5 % pour les premières et à 22,8 % pour les secondes.

Et bien que la demande demeure forte, la surenchère est beaucoup plus rare. Les transactions se réalisent donc dans des délais de vente plus longs et dans des conditions de négociation plus normales. Le marché demeure malgré tout à l’avantage des vendeurs.  

La location de courte durée est-elle en cause?

La location de courte durée, de style Airbnb et compagnie, a récemment été sous le feu de nombreuses critiques. A-t-elle ici eu un rôle à jouer dans la hausse des prix des propriétés à proximité des stations de ski?

Contrairement à ce que vous pourriez d’abord penser, l’intérêt des investisseurs œuvrant dans ce domaine s’est estompé. Cela est notamment dû au resserrement des règles municipales qui s’opère au sein de nombreuses villes du Québec. Les possibilités de ce type de marché, qui étaient parfois déjà limitées, s’amenuisent et réduisent la demande pour l’achat de résidence secondaire à des fins de location et d’investissement.

Maison sur le bord d'un ac, près d'une montagne enneigée

Propriétés récréatives : quelles sont les prévisions pour 2024? 

Selon les prévisions de Royal LePage, la pression exercée par l’inflation et les hausses des taux d’intérêt continuera d’affaiblir le pouvoir d’achat de nombreux ménages et contribuera à freiner la hausse du prix des propriétés dans les secteurs de villégiature. Toutefois, ceux-ci ne devraient pas diminuer, en raison de la rareté sur le marché.

Plus précisément, l’agence immobilière prévoit une hausse de 1,8 % du prix médian des maisons unifamiliales détachées dans les marchés alpins québécois, qui atteindra 510 629 $ au cours de 2024. Cette variation pourrait être de 4,9 % pour les copropriétés, qui atteindraient un prix médian de 418 866 $ l’an prochain.

Ces prévisions sont basées sur une stabilisation des taux d’intérêt pour 2024 ou d’une légère baisse.

L’activité sur le marché canadien

Qu’en est-il du reste du pays? Au Canada, l’activité relative aux résidences d’hiver a ralenti par rapport aux sommets de la pandémie. C’est ce que relève une seconde étude de données, encore une fois effectuée par Royal LePage.

Le marché canadien a subi une diminution de la demande de la part des acheteurs, contribuant ainsi, avec la hausse des taux d’intérêt, à augmenter l’inventaire de propriétés à vendre. Le prix médian est quant à lui resté essentiellement stable d’une année à l’autre, diminuant de 0,7 % entre 2022 et les dix premiers mois de 2023, pour s’établir à 1 068 200 $.

Quant aux prévisions pour l’année à venir, l’agence immobilière estime que le prix médian d’une unifamiliale détachée dans les régions de ski du Canada pourrait augmenter de 2,9 %, pour atteindre 1 099 661 $.

Comme pour les prévisions concernant le Québec, cette analyse est basée sur l’attente de taux d’intérêt stables ou en légère baisse, jusqu’en 2024.

Vous voulez acheter une propriété à proximité d'un domaine skiable?

XpertSource.com peut vous aider dans vos démarches pour trouver un  courtier immobilier. En nous parlant de votre projet, nous vous mettrons gratuitement en relation avec les personnes-ressources adéquates. Vous n’avez qu’à remplir notre formulaire (en quelques minutes seulement) et vous pourrez être mis en contact avec des experts.

Vous voulez être mis en relation avec des professionnels en immobilier et obtenir des soumissions? Contactez-nous au 1 833 203-7768



Trouvez votre professionnel immobilier

Remplissez le court formulaire pour trouver le professionnel que vous cherchez

Remplissez ce court formulaire

En soumettant votre projet, vous acceptez les termes du site.


Trouvez un expert qualifié selon vos besoins - (Recevez 3 soumissions)